24/12/2008

Le petit homme

"
- Que peut-il ? Tout.
- Qu’a-t-il fait ? Rien. Avec cette pleine puissance,en huit mois un homme de génie eût changé la face de la France, de l’Europe peut-être. Seulement voilà, il a pris la France et n’en sait rien faire. Dieu sait pourtant que le Président se démène : il fait rage, il touche à tout, il court après les projets ; ne pouvant créer, il décrète ; il cherche à donner le change sur sa nullité ; c’est le mouvement perpétuel ; mais, hélas ! cette roue tourne à vide. L’homme qui, après sa prise du pouvoir a épousé une princesse étrangère est un carriériste avantageux. Il aime la gloriole, les paillettes, les grands mots, ce qui sonne, ce qui brille, toutes les verroteries du pouvoir. Il a pour lui l’argent, l’agio, la banque, la Bourse, le coffre-fort. Il a des caprices, il faut qu’il les satisfasse. Quand on mesure l’homme et qu’on le trouve si petit et qu’ensuite on mesure le succès et qu’on le trouve énorme, il est impossible que l’esprit n’éprouve pas quelque surprise. On y ajoutera le cynisme car, la France, il la foule aux pieds, lui rit au nez, la brave, la nie, l’insulte et la bafoue ! Triste spectacle que celui du galop, à travers l’absurde, d’un homme médiocre échappé ".

Victor HUGO, dans " Napoléon, le petit "

02/12/2008

Est-ce vraiment la Crise ?

Nous sommes plongés dans un tourbillon d'informations catastrophiques. Les mots sont martelés sans cesse : crise et récession en vue. Nous allons en subir les conséquences, déjà la hausse du chômage, et nos dirigeants qui ruinent les richesses nationales pour sauver les banques, et ceux qui ne sont pas en mesure d'assurer les risques qu'ils ont pris.
Les sommes sont colossales, et exubérantes, de quoi rembourser la dette du sud, et donner à manger à chaque être de cette planète.
Ce n'est pas parce qu'on leur a donné le mandat du peuple qu'ils peuvent se permettre d'utiliser notre argent pour effacer les erreurs d'une classe financière inconsciente. Si ?
Mais où ceux qui ont pris ces risques ? N'ont-ils pas profité de commissions et de traitements pour prendre ces risques ? Que leur a-t-on demandé ? Ne devraient-ils pas payer les conséquences de leurs erreurs ?
Pourquoi notre gouvernement n'attaque-t-il pas en justice ceux qui infligent une si lourde dette au peuple ? (on dirait que les voix qui comptent sont celles qui sont protégés par le bouclier fiscal, et donc s'en foutent puisqu'ils ne paieront pas)
Les gains sont privatisés alors que les pertes sont nationalisées, et tout cet argent injecté dans les banques par l'état ne lui donne même pas une voix dans l'administration et la gestion de la banque.
Notre nouveau héros, Robin des Villes, prend aux pauvres pour donner aux riches. Certains applaudissent, d'autres disent merci discrètement, tandis que le peuple n'a qu'a accepter docilement...

Exclusif : Interview du Commandant Atse



images/montage by myself
musique : Commandant Atse

Rainbow

Seule notre mère la Terre sait nous faire des cadeaux si exceptionnels, je dis juste merci..