30/06/2008

Disparu ??? Commandant Atse ? Comment ?


Je ne suis plus le premier résultat à sortir dans google pour une recherche sur 'Commandant Atse', c'est inadmissible, j'y suis resté 3 jours, pas plus... En plus, la page du post où je parle de 'Vie de Chien' (un premier extrait exclusif ( ) de son futur album 'Dans mon petit Monde') n'est plus référencée.
Pourquoi ?, je soupçonne un entrepôt de données dit 'news' qui garde pendant quelques jours les 'freshfeeds', dont les résultats sortent en priorité, et un autre, avec un autre robot qui vient plus tard récolter les pages.
Donc, en toute logique, si je ne me trompe pas, dans 1/4h, je re-suis premier sur Commandant Atse et la recherche google donnera un résultat pertinent si par hasard quelqu'un cherche...

Démasqué !!!!

Chaque nuit, un petit farceur s'amuse à déplacer les morceaux d'écorce savamment disposes de chaque coté du chemin dallé. Ce brigand prend un malin plaisir à les bouger de l'extérieur vers le milieu de l'étendue plate et balayée (du coup) chaque matin. L'individu a été pris en photo alors qu'il effectuait une sortie nocturne, vous pouvez le voir à gauche de l'écran, il a réussi à prendre la fuite mais des équipes renforcées ont été mises en place pour appréhender le vandale du jardin ;)

Et comme je ne peux pas m'empêcher de faire mon chiant, sachez qu'en fait, il est pas con le hérisson, il fait pas ça que pour m'embetter, il sait que sous les morceaux d'écorces, la terre est humide et qu'il va y trouver nombre de lombrics, et en grattant un peu, il se fait un festin pour pas cher.

26/06/2008

Commandant Atse - Une vie de chien...


Premier morceau du commandant... enjoy ;)


Commandant AtseUne vie de chien

Une diffusion libre, et une musique gratuite et légale via l'excellent last.fm.

L'album Dans mon petit Monde est en préparation, que du bonheur à venir...

25/06/2008

Hadopi suite - Réponse aux 52 artistes

Ils sont 52 à apporter leur soutient au projet de loi Olivenne, 52 "artistes" qui ont des contrats qui les lie fortement à leurs maisons de disques, ces dernières ayant de fait le contrôle de leur carrière. Pas étonnant donc que ces artistes soutiennent une loi rédigée par et pour les intérêts de ceux qui n'apportent plus rien à la création musicale.

En réponse à leur appel aux citoyens, la contre-lettre d'artistes et de labels indépendants que je vous encourage à relayer le plus largement possible (source dogmazic)

Nous sommes inquiets, très inquiets, nous aussi. La France a créé les droits d’auteur, certes. La France adore la culture, certes. Mais l’État français s’apprête une fois de plus à défendre une poignée d’artistes et leur appareil de propagande, qui enrage de n’avoir pas su s’adapter à la nouvelle économie de la connaissance, du partage.

Au lieu d’adapter leur modèle économique, ces Industries du siècle dernier veulent nous offrir des minitels pour accéder à leurs contenus ! Au lieu de constater que la créativité n’a jamais été aussi vigoureuse, ces Maisons de disques pensent encore que le monde n’écoutera que leurs musiques, leurs rengaines à la mode, sentimentales et formatées, ou leurs fonds de catalogue ! Ces entreprises ne représentent pas la diversité culturelle, elles lui ont presque toujours fermé leurs portes, ou l’ont pillée sans vergogne pour en tirer du profit. Cela dure depuis bien longtemps… Cela s’accentue même.

Notre activité artistique a de tout temps toujours été fragile, mise en péril. La plupart de ceux qui ont apporté à la musique, à la culture en général, géants sur les épaules desquelles nous nous tenons, sont mort dans la misère, et parfois l’humiliation et les moqueries de leurs congénères. Et le phénomène touche toujours autant les jeunes créateurs de ce pays, qui vivent dans leur immense majorité bien en dessous du seuil de pauvreté, dans l’indifférence totale des pouvoirs publics.

Ce n’est pas en légiférant pour perfuser une cinquantaine de millionnaires que le problème du piratage se règlera ! La cause du déclin de l’industrie culturelle n’est certainement pas le développement actuel des échanges d’œuvres, mais l’appétit féroce de leurs receleurs, qui aujourd’hui tirent les ficelles jusque au cœur notre parlement, proposent des lois contraires aux droits de l’homme et du citoyen, et cherchent à imposer par force leur vision morbide de fin de règne, aveuglés par la vision des gains qui leur filent entre les doigts. Cette crise à pour cause essentielle leur inadaptation aux nouveaux modèles économiques qui découlent du développement fulgurant de l’économie numérique.

L’incompétence se paie !

Il faut vivre avec son temps !
Il faut admettre que le public, grâce à Internet, dispose désormais durablement d’une offre culturelle sans barrières. Il faut admettre aussi que toute tentative de contrôle n’aura pour effet que d’intensifier les méthodes de contournement, et donc de multiplier les contrefaçons.

Il faut au contraire faciliter l’accès aux œuvres, restituer la confiance, et nous y encourageons sciemment le public, car nous sommes persuadés que la liberté de créer dépend de plus en plus de la préservation de la liberté d’échange sur internet.

C’est pourquoi nous encourageons le public à télécharger nos œuvres, à les partager, à les découvrir, que ce soit gratuitement, ou en les achetant lorsque celles-ci l’ont touché. Oui, nous avons confiance en nos concitoyens, qui savent être reconnaissant de la générosité qu’on leur témoigne. Non, nous ne défendons pas la gratuité, mais le bien commun, socle de toute culture civilisée.

Le projet de loi, proposé par la ministre de la Culture, issu de la mission menée à l’automne dernier par Denis Olivennes, nous donne de très bonnes raisons de penser qu’internet risque de se transformer en tombeau de la liberté d’expression, c’est pourquoi nous nous engageons à le combattre avec toute notre énergie, dans le respect des droits d’auteur, par l’utilisation des licences libres et ouvertes. Et l’exception culturelle qu’elles portent en elles. Cette exception réside dans leur forme de légalité, qui refuse les verrous et la criminalisation des usages culturels.

Arrêtons de marcher sur la tête !

Nous ne laisserons pas 52 artistes et leurs épiciers lobbyistes dicter leur loi au pays des droits de l’homme ! Nous sommes des musiciens, mais aussi et avant tout des citoyens !

24/06/2008

De la raison du blogger

Un question récurrente, genre serpent de mer a souvent hanté mes billets (perdus depuis pour beaucoup), mais pourquoi donc que c'est qu'on bloggue à la fin ?
Depuis que les blogs existent (en fait la question date même d'avant, depuis que j'ai commencé à écrire un site perso (à la fin des années 1990, quand on parlait d'autoroutes de l'Information, ça donnait un truc comme ça), je n'ai pas réellement pris le temps de répondre, mais là, ce matin, grace à une note de Laurent, j'ai fini par trouver, pas la réponse universelle, mais la raison du pourquoi que je te fait subir, à une fréquence aléatoire, des humeurs plus ou moins agréables, distillées en lettres et mots, propulsés jusqu'à toi, sans forme, par des impulsions électriques.

MAJ :
Les conseils de Monsieur Lam pour se faire plaisir

19/06/2008

Pouik et Firefox 3

Un délire de pouik à l'occasion de la sortie de FireFox 3, téléchargé plus de 8 millions de fois.

12/06/2008

Actu OpenXML


OpenXML, le format de document que Microsoft a tenté de faire passer en force en tant que standard ISO (voir ici) n'est pas dans la meilleure posture, en effet, 4 des entités de normalisation nationales, celles du Brésil, du Venezuela, d'Afrique du Sud et d'Inde ont déposé un appel contre la récente approbation du format comme norme Internationale. Si la procédure d'appel est retenue, cela pourra prendre plusieurs mois avant que le format ne puisse être effectivement publié et reconnu en tant que norme. Rappelons qu'à ce jour, aucun document, même à l'ISO, ne spécifie intégralement OpenXML, et qu'aucun logiciel ne supporte officiellement cette norme (même les futures versions de Microsoft Office n'annoncent pas sa prise en charge).

Plus d'informations et de renseignements sur comment le très respectable organisme ISO a perdu son crédit et son image d'intégrité intellectuelle à cause de cette affaire sur le site NoOOXML.

09/06/2008

L'ISOC se fache contre Hadopi et demande son retrait

La commission juridique de la branche Française de l'Internet Society a procédé à l'analyse du projet de loi Hadopi et demande son retrait pur et simple...
Les raisons sont décrites ici :
http://www.isoc.fr/l-isoc-france-appelle-au-retrait-du-projet-de-loi-hadopi-article0079.html

Rappel : Vous aussi mobilisez vous contre la baisse de votre protection juridique sur Internet en signant la pétition de SVM.

08/06/2008

Cadeau


Bref instant d'inspiration,
Agréable, apaisant et unique.
Y a-t-il espoir qu'un jour on voie
Achever ce qui a commencé ?

- Inch'Allah -

La page s'arrache et s'envole, l'intensité du vécu s'estompe peu à peu pour laisser place aux souvenirs.




Merci pour ce qui m'a été donné de vivre jusqu'à présent

06/06/2008

On croit rêver

Ou plutôt cauchemarder, selon PCImpact, le gouvernement serait en train de demander aux différents fournisseurs d'accès et de contenus de signer une charte dite de "confiance en ligne".
Ne soyons pas dupes, le mot confiance dans cette charte signifie en fait sécurité, filtrage et assouplissement des conditions d'accès aux informations personnelles et privées concernant l'internaute (en libérant le demandeur de son obligation d'obtenir auprès d'un juge une réquisition, et en obligeant le fournisseur d'accès à répondre positivement aux demandes, même si elles sortent du cadre légal).
Espérons qu'il s'agisse là d'une mauvaise plaisanterie, et que la France ne se mette pas au même niveau que la Chine pour réaliser le filtrage et le contrôle d'Internet et de ses utilisateurs.
--
Si tu es prêt à sacrifier un peu de liberté pour te sentir en sécurité, tu ne mérites ni l’une ni l’autre.” Thomas Jefferson